logo publicité Visiter le site national
retour à l'accueil plan du site Contacter le groupe régional administration du site
UNION DES INGENIEURS CNAM 292 rue Saint-Martin 75003 PARIS tél : 01 42 72 64 40 Fax : 01 42 78 26 43
Vous êtes ici : Actualité > Peut-on sortir du nucléaire ? Après Fukushima, les scénarios énergétiques de 2050
Actualité
L’actu de l’UNICNAM et du CNAM pour tous ...
A vos Agendas
Espace Video et DVD
Evénements, sorties
Notes de lecture
Publications
UNICNAM et IDF TV

Association
Notre association : son histoire, ses missions, adhérer ...
Conseil d’administration
Statuts & réglements
Lettre de l’Union
Projets
Accompagnement, parrainage
Assemblées générales
Nous contacter, adhérer
Vision 2014
Vos représentants

Groupes régionaux et groupes professionnels
Tout sur les groupes de l’Unicnam

Petites annonces
Un service gratuit pour les adhérents

Emplois & Stages
Offres d’emplois et Cv
Candidatures
Offres d’emploi & Stage

Ingénieurs
Nos relations avec les autres Ingénieurs ...
Adhérents Actifs
CNISF
Réseaux Professionnels

Partenaires
Nos partenaires se présentent.

Documentation
Notre fonds documentaire.

Science Nucléaire
Peut-on sortir du nucléaire ? Après Fukushima, les scénarios énergétiques de 2050
Par Jacques Foos et Yves de Saint Jacob
vendredi 30 septembre 2011, par Laurent Donge


ISBN : 9762705681722

le livre aux éditions hermann

Article d’origine

Deux des initiateurs du site Energie2012 feront paraître le 25 octobre un livre intitulé « Peut-on sortir du nucléaire ?  »( Ed.Hermann). Idée principale : le monde va consommer trois ou quatre fois plus d’énergie d’ici 2050. Il faudra économiser au maximum et en même temps accroître beaucoup la production. Il faudra développer toutes les sources d’énergies. Il est inutile de les opposer les unes aux autres. On ne pourra se passer d’aucune d’entre elles. Et notamment pas du nucléaire…

Voir aussi :

Un débat sur France Culture avec le Pr Jacques Foos

La tribune d’Yves de Saint Jacob sur le Nouvel Observateur

Ce n’est pas tant que le monde soit « gaspilleur » – trop de week-ends, trop de chauffage ou trop d’appareils ménagers et informatiques. Non, c’est que depuis la mondialisation, des grands pays comme la Chine, l’Inde, le Brésil, aspirent au même développement que le monde occidental. Ils n’aspirent pas seulement à la voiture et à la surconsommation. Ils aspirent à la santé, à l’éducation, au bien-être. Et ils ont bien raison !

Peut-on leur dire : « Vous arrivez trop tard ! Désolés, nous avons beaucoup profité mais la planète et son climat exigent aujourd’hui l’abstinence énergétique » ? On peut toujours essayer cet argument…

Peut-on partager ? Les riches pourraient consommer moitié moins et donner cette moitié aux pays pauvres en énergie. Mais ils sont beaucoup plus nombreux que nous…

Peut-on économiser l’énergie ? Oui, il faut le faire au maximum, mais cela ne suffira pas.

Donc, il faut produire davantage, et en émettant le moins possible de CO2 car le danger du réchauffement climatique est réel. Il faut bien sûr polluer le moins possible l’environnement et essayer de limiter quand même un peu l’augmentation inévitable du coût de l’énergie, que nous avons eu à un prix ridicule mais qui va lourdement grever les finances de nos enfants.

Dans la première partie, le livre rappelle les grandes données démographiques, l’émergence de nouveaux pays, l’évolution du monde au XXe siècle : le temps où l’on avait foi en la Science, la naissance des préoccupations environnementales. Les auteurs ont établi trois scénarios très simples, et volontairement idéalistes :

1) On continue comme au rythme moyen du XXe siècle.

2) On continue au rythme moyen de la première décennie du XXIe siècle tout en devenant raisonnables au fil des ans

3) On partage tout entre riches et pauvres.

Après avoir décrit la situation énergétique mondiale et européenne, le livre passe en revue toutes les énergies disponibles en de courts chapitres : l’énergie du vent, de l’eau, du soleil, de la terre, de la biomasse, les énergies fossiles, et même les énergies que l’on ne connaît pas ( !) ou la meilleure des énergies, celle que l’on ne dépense pas.

En développant au maximum, dans les trois scénarios, les énergies renouvelables, on aboutit à un « mix » énergétique mondial très différent de celui d’aujourd’hui : les énergies fossiles occupent moitié moins de place, les renouvelables ont considérablement augmenté, le nucléaire a progressé raisonnablement. Dans les trois cas, on n’arrive pas à répondre aux besoins.

Même en prévoyant 40% d’économies d’énergie pour le monde développé, même en couvrant la planète d’éoliennes, de parcs solaires, d’hydroliennes marines, en brûlant la biomasse et en reboisant, en captant l’énergie des volcans, nous ne répondrons pas à la demande !

C’est l’Apocalypse alors ? La fin de la civilisation humaine ? Le livre croit au progrès, à la science, à la recherche. Il faut retrouver ces « spoutnik moments », quand les États-Unis prenaient la décision d’aller sur la lune et mettaient les moyens en face pour y parvenir. Il faut de grands programmes mondiaux de recherche : comment stocker l’électricité, comment la transporter sans pertes, comment améliorer la performance de toutes les énergies renouvelables, comment trouver de nouveaux espaces (de la picophysique à la fusion nucléaire), comment traiter les déchets nucléaires.

La deuxième partie du livre traite longuement du nucléaire. D’abord parce que nous ne pourrons pas nous en passer, et ensuite parce qu’après Fukushima, une nouvelle vague – un tsunami – de scepticisme et de frayeurs infondées a déferlé. Dans ces conditions, il faut tout repasser au crible de la critique.

Qu’est ce qui rend le nucléaire aussi mystérieux ? Comment marche un réacteur ?

Les auteurs survolent ensuite les trois accidents marquants de la filière : Three Mile Island, Tchernobyl, Fuskushima.

Ils rappellent la vraie histoire du nuage de Tchernobyl dont la France entière a gardé une seule image –fantaisiste-, celle du « nuage qui s’est arrêté à la frontière ».

Ils reviennent sur les estimations du nombre de victimes de Tchernobyl. De quelques dizaines à 1 000 000 ! Pourquoi une telle imprécision, qui, au fond, arrange tout le monde…

Ils détaillent les considérations générales de la sureté nucléaire, et avancent déjà quelques pistes sur les manières de renforcer après Fukushima la sécurité nucléaire. Il ne peut y avoir de nucléaire « low cost ». Certaines des idées avancées –comme celles de placer en hauteur les moteurs diesel des systèmes de refroidissement, par exemple sur les falaises qui entourent les centrales en bord de mer- ont déjà été reprises par les décideurs de la filière nucléaire française.

Au-delà des accidents de centrales eux-mêmes, deux risques impressionnent à juste titre les citoyens : les irradiations, à proximité des centrales, ou au loin avec les nuages radioactifs en mouvement, et le stockage des déchets.

Le livre plaide pour la transparence absolue des contrôles mais en retour il demande que l’on en finisse avec les fantasmes non justifiés. Une irradiation naturelle existe depuis toujours et le danger provient donc des niveaux de doses, qui peuvent se chiffrer avec précision. Si les mesures montrent que le seuil de sécurité n’est pas franchi, il ne faut pas entretenir la peur. Si une zone n’est plus irradiée, il faut y ramener les habitants. Si la vie reprend plus fort autour de Tchernobyl, il faut le dire et analyser scientifiquement ce phénomène dit d’hormesis.

Le livre explique longuement les diverses catégories de déchets nucléaires et ne cache pas la grande difficulté à gérer les déchets de haute activité sur des milliers d’années. Cette maîtrise du temps long pose une interrogation presque métaphysique. Les auteurs ne proposent pas d’« enterrer » le problème… Ils proposent de s’engager dans deux directions : réduire au maximum le volume des déchets – et de ce point de vue les surgénérateurs de quatrième génération sont essentiels -et faire confiance aux générations à venir pour développer industriellement les techniques que l’on a déjà identifiées en laboratoire, dans le domaine de la transmutation.

Cette confiance dans la capacité de nos enfants et petits-enfants n’est pas incantatoire. Elle repose sur la conviction que le monde saura engager de grandes recherches, avec une mise en réseau de tous les cerveaux du monde, et instaurer une gouvernance mondiale minimale, notamment avec un gendarme mondial du nucléaire civil. C’est la perspective ouverte par la conclusion.

Les auteurs :

« Peut-on sortir du nucléaire ? » est fondé sur une double expérience : l’approche universitaire du Pr Jacques Foos, titulaire pendant 25 ans de la chaire de sciences nucléaires du Conservatoire national des Arts et Métiers, et l’approche médiatique d’Yves de Saint jacob, ancien rédacteur en chef de l’Agence France-Presse.

IMPRIMER L'ARTICLE
IMPRIMER
Peut-on sortir du nucléaire ? Après Fukushima, les scénarios énergétiques de 2050

Dans la même rubrique :
EPR : Les interrogations d’un scientifique reconnu
L’intelligence économique
De la loupe à la jumelle,
Mes tapisseries, ou le recyclage des chutes de couturières
L’ionisation des denrées alimentaires
Etudes réalistes sur l’économie par un ingénieur CNAM
Jacques Foos, Professeur Honoraire au CNAM, Vice-président des 3 Commissions de surveillance du Cotentin
Management des entreprises et systèmes d’information
Évolution du coût du kWh électrique en France depuis 2001 : Jusqu’où va-t-on aller ?
Naissance, structure, évolution de l’Univers

Sur le web :
Les 3 révolutions du livre


Proposer un article | Nous contacter | Plan du site | Admin | Accueil
Union des Ingénieurs CNAM Association reconnue d'utilité publique (loi de 1901) Ce site est réalisé grâce au système de publication SPIP